Nicolas est né à Bruxelles le 29 octobre 1982 …

Tout petit, il accompagnait sa mère aux répétitions de danse, la scène faisait déjà partie de sa vie. À cinq ans, il participait à son premier récital de piano avec son professeur Bernard Kostman. Le sport occupait aussi une part importante. Son enfance se partageait entre l’école, le tennis, le karaté, le cinéma, le piano, la danse… Un petit garçon très actif !

À quatorze ans, il réalise son premier « tabac » sur scène, au spectacle de fin d’année du collège… Il ne laisse pas ses petites copines de classe indifférentes.

Que faire d’un enfant émerveillé par le cinéma, qui passe des heures à voir et à revoir les films qu’il aime pour en découvrir tous les détails, en connaître toutes les répliques, en étudier toutes les interprétations ? À quinze ans, la réponse s’imposait comme une évidence…Vivre sa passion, entrer dans ce monde fascinant pour réaliser son rêve.

Après avoir participé à quelques spectacles pour enfants, il fait un bref passage dans la mode avec, notamment, un contrat pour Olivier Dachkin.

À 17 ans, Nicolas présente les examens d’entrée à l’école d’acteurs Parallax. C’est à cette époque qu’il rencontre Patrick Hella, directeur de casting à Bruxelles. Remarqué lors de la présentation de Pièce de Guerre d’E. Bond dans une mise en scène de Luc Fonteyne, il commence à recevoir quelques propositions intéressantes : le rôle du fils dans Affabulatione de Pasolini, une mise en scène de Sybille Cornet pour Bruxelles 2000 ; en 2001,  La poudre aux Yeux  dans le rôle de Frédéric pour le festival de Spa. Au cinéma, Thomas de Thier lui donne le rôle de l’adolescent dans son film  Des plumes dans la tête  et en 2002, il tourne notamment  Hotdogs de Frédéric Brival.

Ses professeurs, les réalisateurs qu’il rencontre et différents directeurs de casting lui promettent un très bel avenir… Grâce à Patrick Hella, Nico rencontre Georges Lambert, agent à Paris, qui décide de s’occuper de lui et, après avoir obtenu son diplôme à Parallax en juin 2002, on lui propose son 1er premier rôle dans  Procès de famille d’Alain Tasma. Film pour lequel il recevra le prix du jeune espoir au festival de Luchon en 2004.

Après que Nicolas eut joué différents rôles dans des téléfilms, Christian Faure lui demande d’interpréter  Jacques  dans  Un amour à taire. Un rôle taillé sur mesure qui lui permet d’exprimer l’amour, la colère, la jalousie, la tristesse… Un très beau souvenir… La naissance d’une belle amitié avec Jérémie Renier… Et, inespéré, pour la seconde fois, le prix du jeune espoir à Luchon en 2005 !

Depuis cette date, le travail ne manque pas… On le reverra bientôt sur M6 et sur RTL-tvi (Belgique) dans  Merci les enfants vont bien  de Stéphane Clavier et dans un des rôles principaux des  Bleus  dont le pilote a tenté un bon nombre de spectateurs…

nicolas_gob1