Je suis industriel et je bossai à cette époque en Martinique. Et une journée de janvier 2001, il m’est arrivé une chose assez incroyable. Je suis hétéro, enfin jusqu’à ce jour là ! Je suis en repos ce jour là (vive les 35 heures) et je décide d’aller passer ma journée à la plage pour me détendre un peu. J’avais l’habitude d’aller dans le Nord de l’île, parce que j’arrivai presque toujours à trouver des coins de plage déserts. Ce jour là, j’arrive de bonne heure vers les 09h00 et du fait, il n’y a personne sur la plage. Mais sachant que dans quelques heures les gens vont arriver, je décide d’aller tout au bout de l’anse, car cela fait comme un renfoncement et lorsque nous y sommes, les gens qui se trouvent sur la plage ne peuvent pas voir ce renfoncement. Je m’y installe donc et commence par prendre un peu le soleil. Il est maintenant 10h30, il fait une bonne température, je décide d’aller faire un tour dans l’eau. En m’éloignant du bord, je m’aperçois qu’il commence à y avoir un peu de monde sur la plage. Je retourne sur le sable, rejoint ma serviette et m’endort sous le soleil. Après une trentaine de minutes je me réveille doucement et comme très souvent à mon réveil, j’ai la trique. Juste au moment de me mettre sur le dos, surpris, j’entends une voix qui dit : « bonjour ! » Je reste donc sur le ventre, pour cacher une bosse bien visible et tourne la tête pour voir qui est là. Un antillais d’une trentaine d’années, c’est là installé sur une serviette à deux mètres de moi. Je lui rends sa politesse en lui disant bonjour. Là il m’explique qu’il est désolé d’avoir brisé mon petit coin tranquille, mais que lui aussi aimait être tranquille à la plage et ne pas avoir des dizaines de personnes autour de lui. Sur quoi je lui réponds, que la plage est à tout le monde et qu’il est le bien venu dans ce petit coin tranquille. Il est alors sur le dos et décide de se mettre sur le ventre pour discuter. C’est à ce moment là que je reste surpris, car lorsqu’il se retourne, je m’aperçois qu’il porte un maillot de bain string, avec une cordelette qui disparaît totalement, pour ne laisser voir qu’une belle paire de fesses bien bronzées. Nous nous mettons à discuter de banalités sur l’île, quand il me dit qu’il a l’habitude de venir à cet endroit et d’y passer des journées entières sans voir personne. C’est pourquoi me dit-il, les autres fois je ne porte pas de maillot afin d’être bien bronzé partout. Etant quelqu’un de très ouvert, je lui dis que s’il le désire, il peut faire comme à son habitude et que cela ne me dérange en rien. Il   me remercie et aussitôt enlève son maillot. Pour ne pas trop s’exhiber, il se remet sur le ventre et nous continuons notre discussion. Au bout d’un certain temps, je me mets un peu de crème dans le dos, car je commence à avoir bien chaud. Voyant que j’éprouve quelques difficultés à me mettre la crème, il se propose de m’aider. Je reste donc allongé sur le ventre et lui tends la crème. Il se lève et vient près de moi pour me la passer. Il me passe la crème en effectuant un léger massage sur mes épaules avec beaucoup de dextérité et je lui dis qu’il fait cela divinement. Là, sous ses massages, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai commencé à avoir la trique. Je suis hétéro, mais il me relaxait si bien que j’en éprouvé du plaisir. Il retourna à sa serviette et remis son maillot en me disant et si nous allions nous rafraîchir. J’avais très envie d’aller dans l’eau, mais avec ma trique je ne le pouvais pas et je bredouillais quelque chose comme : » heu, ben, oui, mais là pas tout de suite, heu car tu viens juste de me mettre la crème, je vais attendre un peu » Il me regarda dans les yeux en souriant et me dit : » C’est la nature ! Tu n’as pas a avoir honte » Il avait deviné et je fut encore plus mal alaise. Là il vent vers moi et se baissa pour être juste à coté de mon visage et me dit : »Tu sais, cela arrive à beaucoup de monde d’avoir la trique après un bon massage » Oui, lui dis-je mais là c’est toi, un mec qui m’a massé et je ne suis pas gay, je suis hétéro ! Je crois que ce qui me mettait le plus mal alaise, c’était qu’en fait j’avais la trique bien avant qu’il ne vienne me masser. Eh oui, le simple fait de le voir à poil sur sa serviette avec ses fesses luisante de monoï, m’avait excité. Je décidai finalement d’accepter et d’aller prendre un bain. En me levant, il jeta un regard rapide de haut en bas et me dit « Hum ! Félicitation, tu remplis bien le maillot ! Aller vient dans l’eau cela va calmer tout ça ! »

Le seul problème, c’est que l’eau à 27° n’a rien calmé du tout. Tout autant, que je continuai à penser à ma vision de ses fesses luisante sur la serviette. Nous sommes sortis de l’eau et bien sur, il remarqua que rien n’avait changé. Mais à ma grande surprise, de son côté aussi il y avait maintenant un gonflement du maillot. Nous nous sommes regardé et avons souri. Il était 12h30, tout en me séchant, je lui dis que j’avais passé un très bon moment, mais qu’il fallait que je rentre chez moi. Il me demanda où j’habité, et lorsque je lui dis qu’en fait j’étais de l’autre côté de l’île, il me dit « tu ne va pas rentrer chez toi à cette heure ci, tu n’y seras pas avant 14h00 ! j’habite tout près d’ici à 10 minutes environ, je t’offre un ti-punch, on mangera un bout rapide et ensuite, tu pourras rentrer» Intrigué par les réactions que j’ai eu tout au long de la matinée, j’acceptai sa proposition avec grand plaisir.

Arrivé chez lui, il me dirigea vers le salon pour y prendre l’apéro. Au bout d’un moment, il me dit si cela ne te dérange pas, je me mets alaise car je n’ai pas de clim et il fait très chaud. Il part dans sa chambre, et lorsqu’il revient il ne porte plus qu’un boxer noir bien moulant, mettant bien en évidence son sexe. Il m’invite à faire de même, et m’avoue que d’habitude il se promène à poil chez lui, mais là pour ne pas me gêner il a mit un sous-vêtement. Je lui avoue que chez moi aussi je me promène à poil. Tout en retirant mon tee-shirt, je lui dis qu’il est chez lui et donc qu’il n’a qua faire comme à son habitude, sans se soucier de moi. Sur quoi il me répond, qu’il serait effectivement mieux mais à la condition, que moi aussi je sois à poil, afin qu’il n’y ait pas de gène d’un côté comme de l’autre. Je le regarde en souriant et je me surprends à lui dire « Ok, pourquoi pas » Nous voilà maintenant tous deux à poil sur le canapé entrain de boire un ti-punch. Il se lève pour aller chercher à manger dans la cuisine et continu à parler. Mais la conversation dérape vite sur ma réaction de ce matin après son massage. Le simple fait de reparler de cela, je me remets à bander. Mais là panique car il n’y a plus rien pour cacher mon érection ! Je tente vite de la coincer entre mes cuisses et de croiser les jambes, ensuite j’essaye d’avoir l’air le plus naturel et le plus détendu possible ! Mais je pense que ma couleur rouge pivoine laissait transparaître un certain malaise ! Il revint dans le salon et s’assied sur le canapé. Là il me regarde avec un sourire en coin et prend une voix très douce et me dit « tu sais, tu n’a pas à être gêné, moi aussi cela m’a excité ce matin, mais avec l’habitude j’arrive à contrôler la chose. Toi c’est différent car me semble t-il c’est la première fois que tu ressens cela, n’est-ce pas ? » A ce moment précis, je ne c’est plus quoi dire ni quoi faire, je suis là bloqué sur le canapé. Voyant que je ne dis plus rien, il se rapproche de moi, jusqu’à être collé à moi, en me disant que c’est une réaction normale et me roule une gamelle. Voyant que je reste sans voix une fois de plus, cette fois il passe son bras au tour de mon coup et me dit doucement à l’oreille « détend toi, j’ai très envi de te faire découvrir tous les plaisirs entre hommes » Il joint le geste à la parole, car tout en me parlant, il passe sa main sur ma jambe pour me la faire décroiser et en même temps nous unissons nos langues. Une fois mes jambes décroisées, il prend mon sexe en main et je pousse un gémissement de plaisir, juste par le contact de sa main sur mon sexe.  Je suis dans un état d’excitation que je n’aurais jamais imaginé possible avec un mec. Il est maintenant entrain de m’embrasser partout sur le torse et au fur et à mesure de ses baisés, il descend un peu plus à chaque fois. Si bien qu’il en est rendu maintenant sur mon sexe. Il le décalotte délicatement avec sa main et vient directement l’enfoncer dans sa bouche. Une fois de plus, je pousse un gémissement de plaisir. Il entame alors une série très lente de va et vient, tout en me caressant les testicules. A chaque remontés, il fait un stop sur le bout de mon gland et avec sa langue, il fait le tour du gland et passe très lentement sur le frein, avant de redescendre. Au bout de cinq minutes sous ses coups de langues experts, je sentais que je n’allais pas réussir à tenir plus longtemps. Je lui fit comprendre en lui prenant la tête qu’il fallait arrêter car j’allais venir. Mais à ma grande surprise, il n’en fit rien et continua même de plus belle. Je poussai un cri de plaisir et déversa ma jouissance dans sa bouche. J’étais alors au septième ciel, je dois avouer que jamais auparavant je n’avais connu pareille jouissance. Il avala le tout, se releva et m’embrassa, de telle sorte que moi aussi je puisse goûter à ma jouissance profonde.

Je me sentais redevable de la formidable et inoubliable jouissance qu’il venait de me procurer aussi, tout en continuant de l’embrasser, je laissais glisser ma main le long de son torse, pour arriver enfin dans une zone, qu’en dehors de la mienne je n’avais encore jamais exploré chez un autre mec. Je pris donc son sexe à pleine main, puis lentement je desserrais mon étreinte pour arriver à n’avoir plus que le bout de mes doigts qui désormais caressaient délicatement son sexe. Je suis resté surpris, car j’éprouvais du plaisir à le caresser. Nous étions toujours entrain de nous embrasser et je commença à descendre le long de son torse tout en continuant à l’embrasser sur tout son torse. En fait, ne sachant pas comment m’y prendre, puisque j’étais novice en la matière, je fit exactement ce que lui m’avait fait quelques minutes avant. Je m’approchais donc de son sexe, ne sachant encore pas si j’allais avoir envie de le mettre en bouche, c’était la première fois que je voyais un sexe d’aussi près et en plus ce n’était pas le mien. Mais à ma grande surprise, lorsque je fus si près que mes lèvres pouvaient facilement le toucher, je ressenti comme une attirance incontrôlée vers ce sexe qui allait devenir l’objet d’un plaisir immense. Je continuai mon approche et fini donc par avoir ce sexe contre ma bouche, je l’ouvris alors délicatement et sorti ma langue pour venir goûter à ce mets délicieux. Mais coups de langues furent de plus en plus précis, j’entamé des allers et venus de haut en bas et de bas en haut, jusqu’au moment ou m’arrêtant au niveau de son gland, j’ouvris plus grande ma bouche et je fis pénétrer son gland puis en descendant lentement une bonne partie de son sexe. J’éprouvai alors du plaisir à avoir ce sexe dans la bouche. Je me mis alors à effectuer des va et viens le long de cette tige fabuleuse, avec à chaque fois que j’arrivais près du gland un stop et je donnais des petits coups de langues sur son frein, car j’avais trouvé ça très excitant lorsqu’il me l’avait fait. Apparemment lui aussi trouvait ça à son goût, car il commençait à émettre des gémissements de plaisirs de plus en plus fort. Encouragé par ses petits cris, je continuai avec encore plus de vigueur mes va et viens. Au bout d’un moment, je le sentis se contracter et se raidir de tout son corps, je me doutai bien de ce qui aller pas tarder à ce passer, mais je n’arrivai pas à me dégager pour qu’il puisse jouir hors de ma bouche. Je pense qu’il l’a ressenti et il explosa en un cri de jouissance et lâcha toute sa semence dans ma bouche. Je sentis alors un liquide visqueux, chaud et légèrement sucré se répandre dans ma bouche. Je fut très surpris car je trouvai cela excellent et je continuai à le sucer pour récupérer la totalité de sa jouissance. Il me redressa et une fois de plus nous avons échangé nos langues et ce liquide séminal si précieux.

Nous sommes restés allongé sur le canapé un long moment sans bouger, juste à nous caresser délicatement du bout des doigts et en nous embrassant. Dans l’après midi, nous avons recommencé nos ébats, cette fois ci sous la douche, mais là cela fera l’objet d’une autre histoire. Il n’est pas allé plus loin ce jour là et je dois dire que je l’en remercie. En effet, lorsque nous nous sommes quittés le soir, il m’a dit « la prochaine fois, nous irons plus loin si tu le veux, et là aussi je te promet que tu grimpera au rideau de bonheur ! »