plein-sud-1.jpg

Aujourd'hui sort en salle un film à ne pas manquer, à savoir le dernier film de Sébastien Lifshitz : Plein Sud, Avec Yannick Rénier (Sam), Nicole Garcia (la mère), Léa Seydoux (Léa), Théo Frilet (Mathieu).

 

Pour les cinéphiles, Sébastien Lifshitz c'est aussi le réalisateur d'un film culte pour nous tous qui aimons les garçons: Presque Rien, avec Stéphane Rideau et Jérémie Elkaïm.
 

Synopsis : C'est l'été, Sam 27 ans file tout droit vers le sud au volant de sa Ford. Avec lui, un frère et une soeur rencontrés au hasard de la route: Mathieu et Léa. Léa est belle, pulpeuse et archiféminine. Elle aime beaucoup les hommes, Mathieu aussi (hum, intéressant !). Partis pour un long voyage, loin des autoroutes, en direction de l'Espagne, ils vont apprendre à se connaître, s'affronter, s'aimer. Mais Sam a un secret, une ancienne blessure qui l'isole chaque jour un peu plus. Séparé de sa mère depuis l'enfance, ce voyage n'a qu'un seul but : la retrouver.

plein-sud-2.jpg

Dans Plein sud, Sébastien Lifshitz ressasse des thèmes qui lui sont chers, comme l'envahissement du passé dans le présent, ou la destruction d'une famille. Le réalisateur voulait, dit-il, "[s']approcher de personnages plus normatifs, même si leur insolence et leur violence leur donnent aussi une singularité. Pour [lui], tout revient toujours à la question du pardon et de la libération de soi. Seulement [s]on héros est un personnage morbide et violent, incapable d'aller de l'avant, vers l'oubli et le pardon."
 

Pour constituer le groupe de jeunes, que l'on suit tout le long du film, Sébastien Lifshitz a voulu que chaque comédien, chaque corps soit l'incarnation directe de ce qu'il devait caractériser par certains traits fondamentaux : "Yannick Renier est quelqu'un de charismatique, son physique avait ce mélange de beauté et de brutalité idéale pour le personnage. Léa Seydoux a aussi ce côté nerveux et sec, ce physique de Lolita que nous avons accentué par les vêtements et son jeu. Théo Frilet, avec son côté " petit prince ", sa gueule d'ange, incarnait immédiatement la part romantique de son personnage. Pierre Perrier, c'est le garçon terrien, charpenté, le surfeur. Ils sont tous une sorte de cliché de la jeunesse d'aujourd'hui. Mais petit à petit, il se dégage de ces " figures " quelque chose de plus profond. Dans mon précédent film " Wild Side ", c'était le même mouvement. Je partais de trois archétypes de la marginalité - une pute transsexuelle, un clandestin russe et un zonard beur - pour progressivement faire apparaître chaque individualité. Trois portraits déconnectés de tout référent social."
 

Alors tenté ?? Pas encore .... regardez la bande-annonce ci-dessous :